Haut
« Au début était le silence  » Poème symphonique – Claude Torrent
fade
3984
post-template-default,single,single-post,postid-3984,single-format-standard,eltd-core-1.0,flow-ver-1.0.1,,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-type2,eltd-sticky-header-on-scroll-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-4.9.2,vc_responsive

« Au début était le silence  » Poème symphonique

 

Ce poème symphonique s’inspire d’un texte dans lequel l’auteur démontre l’absurdité de la guerre.

Le silence Au début était le silence

Et Dieu fit son apparition Il trouva la terre bien sèche

Alors il créa la pluie Le silence fut rompu

Par des pizzicati des gouttes Frappant aux carreaux

Et Dieu dit que cela était bon

Alors il créa l’orage

Grondèrent les voix graves

Des violons-ciel Et Dieu dit que cela était bon

Alors il créa le tonnerre

Retentirent les grandes orgues

De la nature Et Dieu dit que cela était bon

Alors il créa la foudre Et Dieu dit demain dimanche je me repose

Après moi le déluge

Le lundi matin dans un silence Revenu

Dieu créa l’homme et la femme Il leur offrit un grand jardin

Avec un arbre couvert de fruits Et plein de feuilles

Obéissons à la première consigne On verra plus tard

Alors ils se multiplièrent

Au premier orage L’homme eu peur de la foudre

Alors il inventa la poudre Pour protéger sa femme Et leurs nombreux enfants

La chair de leur chair s de vignes

Sur l’arbre, un écriteau Croissez multipliez, toucher pas au pommier

L’homme dit à la femme Chérie les ennuis commencent

Et la chair de leur chair Devint chair à canon

Et le silence fut à nouveau rompu

Le jardin disparu fit place à un Champ Un champ de bataille

Les voilà rassemblés Dans le grand cimetière

Sous l’œil de dieu leur père

Le père du régiment

Les voilà rassemblés Devant le monument Où leurs noms sont gravés

Tous ceux de leurs parents Tous ceux de leurs enfants

Soldats ou résistants

Les voilà observant Une minutes de silence Une minute de silence

Pourrait-elle étouffer Le bruit de la mitraille

Déchirant les entrailles Distribuant les médailles Brillant sur les poitrails

De tous les survivants Devant le monuments ?

Une minute ! Et le silence fut rompu Par la sonnerie aux morts

Quelle sonnerie la guerre

Raymond Segal

Commentaire:

Très belle composition… Il est nul besoin de rajouter des images…
Tout y est pour s’évader et s’imaginer…
Merci M. Torrent

 

claudetorrent
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire